Le bain dérivatif

France Guillain - Éditions du Rocher


La digestion nous apporte chaque jour son lot d’excédents qui deviennent des surcharges que l’organisme accumule. Sous l’effet de la chaleur abdominale, cette surcharge envahit notre corps et est repoussée en périphérie, c'est-à-dire sous la peau et vers l’extrémité des mains, des pieds et de la tête.

L’activation mécanique et le rafraîchissement des terminaisons nerveuses par la friction à l’eau froide, en agissant sur certaines zones proches des régions éliminatoires, ont pour effet de repousser ces surcharges vers l’intestin, d’où elles sont expulsées par les voies naturelles (selles, urines et transpiration). Il en résulte l’augmentation du volume des selles et des urines, et une régularisation de la transpiration, qui font disparaître le surplus des graisses de la surface du corps.

En définitive la meilleure assimilation des nutriments par notre système digestif améliore l’alimentation de nos muscles. Le « bain dérivatif » proposé par France Guillain a ainsi une action dynamique sur nos grands systèmes vitaux : digestif et circulatoire. Pour effectuer le travail de nettoyage des organes qu’elles entourent, les fascias (membranes très fines qui enveloppent chacun de nos muscles et de nos organes) doivent être étanches et libres d’excédents pour pouvoir vibrer. La capacité vibratoire de cette membrane dépend donc de la qualité de l’alimentation et de l’eau que nous consommons.

 

Retour au bilan Alimentaire